Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Australian Pink Floyd, quand les kangourous jouent les flamants roses

Texte : Thibaut Andre
Photos : Carl Neyroud
+
de photos

De retour à la Rockhal pour la troisième fois en moins de cinq ans, les Australiens, membres du cover band des légendaires Pink Floyd, ont délivré une prestation de très bonne facture dimanche soir.

C’est dans une salle aménagée pour l’occasion en places assises que les spectateurs, dont la moyenne d’âge dépassait certainement le demi-siècle, ont pu assister au concert. Ce dernier s’est déroulé en deux sets de plus ou moins une heure avec, pêle-mêle sans ordre chronologique précis, des chansons du Floyd, tantôt célèbres tantôt moins connues.

Après une intro aux relents psychédéliques de la période Syd Barrett, le groupe enchaîne avec la plage d’intro du double album mythique  » The Wall « . Le rideau translucide – dédiés aux projections – tombe et l’éclairage fait la part belle à une déclinaison chromatique noire, jaune et rouge sur fond d’images aux évocations totalitaires, fidèles au message de l’album-concept. Le public réagit très bien au vu des sourires affichés et des têtes balançant en rythme.  » Shine on you, Crazy Diamond  » donne le ton et son refrain imparable fait mouche, le titre se terminant dans une grand salve d’applaudissements.

Il est à noter que les musiciens sont excellents et reproduisent avec une précision millimétrique et métronomique le son du Floyd ainsi que les structures assez alambiquées des compositions. Une mention spéciale est à donner aux choristes venues enrichir les parties vocales avec brio. Tout est en place et il n’est dès lors pas étonnant que ce cover band ait été adoubé par les membres du groupe originel.

Au final, le public ressort conquis et convaincu par la prestation de ces musiciens aguerris venus du pays des kangourous qui, n’ont sans une pointe d’humour, afficheront leur animal et symbole national au-dessus de Battersea Station en clin d’œil à la pochette de l’album Animals sorti en 1977. L’espace d’un instant, le kangourou a remplacé le cochon volant tel un flamant rose…