Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

La correspondance de Marcel Proust va être mise en ligne

Numériser et mettre en ligne gratuitement près de 6 000 lettres écrites ou reçues par l’écrivain Marcel Proust, soit l’essentiel de sa correspondance, tel est le projet des universités américaine de l’Illinois et française Grenoble Alpes, entre autres.

L’histoire qui lie l’auteur d’ « A la recherche du temps perdu » à l’établissement situé dans le nord des Etats-Unis trouve son origine dans le travail d’un de ses professeurs, l’Américain Philip Kolb.

Grâce à lui, l’ensemble de la correspondance connue et accessible de Marcel Proust, répartie en 21 volumes, soit environ 5 300 lettres, a été publié. Plusieurs centaines d’autres ont depuis été identifiées.

Les échanges épistolaires de l’écrivain français ont été beaucoup plus nombreux mais la majorité a été détruite ou égarée. Philip Kolb, décédé en 1992, les estimaient à 20 000 documents.

L’université de l’Illinois a déjà acquis quelque 1 200 lettres et continue d’en acheter lorsque les budgets le permettent, indiquent le professeur François Proulx et Caroline Szylowicz, bibliothécaire chargée de cette collection. Des missives de celui qui est parfois considéré comme le plus grand écrivain français du XXe siècle sont régulièrement adjugées plusieurs dizaines de milliers d’euros aux enchères.

Pour faire vivre cette correspondance, l’université de l’Illinois compte commencer sa numérisation dans les prochaines semaines, en collaboration avec l’université Grenoble Alpes, l’Institut des textes et manuscrits modernes (rattaché au CNRS) et la Bibliothèque nationale de France.

Le projet doit porter d’abord sur les 200 lettres liées à la Première guerre mondiale, avec l’objectif de les mettre en ligne autour du 11 novembre 2018, correspondant au centenaire de l’armistice. « Cela nous permet d’avoir une première vitrine, avec un ensemble qui serait cohérent », explique François Proulx.

« Nous n’étions pas convaincus que les lettres de jeunesse étaient forcément les plus intéressantes pour commencer », explique Mme Szylowicz au sujet de cette première phase, soutenue par l’ambassade de France. De santé fragile, Marcel Proust n’a pas combattu, contrairement à son frère cadet Robert avec lequel il a correspondu alors que celui-ci était au front. Les lettres mises en ligne s’accompagneront d’une transcription. « Cela permet de déchiffrer l’écriture de Marcel Proust qui n’est pas toujours facile à lire », dit François Proulx.

Le site devrait aussi proposer divers liens, notamment vers des articles de presse auxquels les lettres de Proust font référence. L’objectif, à un terme encore non précisé, est de mettre en ligne l’intégralité de la correspondance disponible de l’écrivain parisien.