Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Le nouveau visage du Royal

Texte: Raphaël Ferber
Photos: Le Royal

« Qu’est-ce que le luxe pour vous? » C’est en obtenant une réponse à sa question que Philippe Scheffer, le directeur général du Royal, a été conforté dans son idée. « Le luxe, c’est l’espace » lui avait-on répondu. L’hôtel a changé et on a pu s’en rendre compte aujourd’hui, mercredi 1er juin, en visitant ses nouveaux… espaces, justement. Pour réaliser les travaux de rénovation, Le Royal a fait appel à Adolfo Spigarelli, un architecte d’Esch-sur-Alzette « qui a le sens du volume » souligne Philippe Scheffer, visiblement conquis.

Alors, ça donne quoi tout ça? Et bien, ça donne un nouvel espace cigares au cadre cosy, aux tons boisés, « à l’allure des bars anglais », dans lequel on irait bien se poser même si on en n’a jamais fumé, par exemple. Ça donne un nouveau restaurant, l’Amélys, qui a pris la place du « Jardin ». Un nouveau nom puisant son identité dans le lys, emblème royal, et clin d’oeil à la princesse Amélie, très populaire auprès des Luxembourgeois, dont on retrouve la statue dans le parc situé à l’arrière de l’hôtel, d’ailleurs.

Ça donne aussi 170 chambres totalement rénovées avec douches à l’italienne, toilettes japonaises, un étage Privilège (le 6e) embelli avec terrasses privatives pour chaque junior suite. Le Piano Bar, lui, n’a gardé que son nom: Adolfo Spigarelli lui a apporté un nouveau souffle. Il n’y a que la carte que l’architecte n’a pas rénovée. Celle-ci a néanmoins été modifiée: « elle est beaucoup plus large et on laisse la liberté au client de composer son menu comme il le souhaite » note Philippe Scheffer. Et comme « on a un rôle d’ambassadeur des produits luxembourgeois », pas mal de plats typiques du pays sont à la carte. Le barman? Roll Leblanc, un puits de science qui te sort sans problème plus d’une centaine de cocktails. Royal.