Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Chaild : « Je vois le monde avec les yeux d’un enfant »

Texte : Maurane Grandcolas
Crédit photos : ©Magalie Speicher

À tout juste 20 ans, Adriano Lopes Da Silva, aka CHAILD, est l’une des étoiles montantes de la scène pop luxembourgeoise. Portrait. 

Littérature, spiritualité et Lady Gaga

Adriano commence le piano à l’âge de 6 ans et développe une réelle passion pour la musique. Il se tourne naturellement vers la pop. « Ça m’a toujours attiré, parce que ce style musical est intemporel. Il y a quatre ans vous écoutiez Adèle, aujourd’hui vous l’écoutez encore », nous confie le jeune artiste. Ses parents n’étant pas musiciens, Adriano cherche l’inspiration ailleurs et s’identifie à certaines artistes pop mondialement connue comme Lady Gaga, Lana Del Ray ou encore Sia : « Leur travail m’a marqué, tant musicalement que sur l’écriture, leur extravagance me fascine ».

Ses études littéraires l’ont énormément influencé dans son écriture. Il s’inspire de poètes anglais, de dramaturges italiens et d’écrivains du monde entier. La religion est également un thème récurrent dans sa musique : « j’aime ce côté martyr, ce que la religion nous montre c’est cette passion mélangée à la douleur, j’essaie de le faire ressentir à travers mes chansons, mais aussi à travers mes clips ». En 2017, après son baccalauréat, il quitte l’école pour se consacrer à plein temps à ses projets et devient Adrian.

« CHAILD m’a permis de m’assumer »

Durant un an, Adriano se fait appeler Adrian, et travaille sur ses différents objectifs. Mais en avril dernier, il va délaisser ce personnage pour devenir Chaild, une personnalité plus osée à l’image de ses futurs desseins. « Chaild fait référence au mot anglais child qui veut dire enfant. Je ne me considère pas comme quelqu’un de puéril, mais je suis un enfant dans le sens où j’en apprends encore tous les jours. Et je n’arrêterai jamais d’apprendre, je n’ai pas peur de rêver, de m’amuser et de voir la beauté partout. En fait, je vois le monde avec les yeux d’un enfant ».

L’an passé, il participe au Screaming Fields Festival, un concours organisé par la Rockhal, où il remporte deux prix. En avril dernier, tout s’est enclenché, l’artiste a déjà sorti quatre singles et est invité à plusieurs festivals. « Chaild c’est une extension de moi qui a eu le courage de faire ce qu’Adrian ne faisait pas. Aujourd’hui, je pense que ce personnage est plus en adéquation avec ce que je veux produire. Adrian n’était qu’un brouillon de moi, une auto-censure que je m’étais imposée sans même m’en rendre compte ». A présent, Chaild est sollicité par des artistes connus, parfois même mondialement, pour écrire leurs textes.

La musique est un remède

Le 23 mai dernier, Chaild sort son quatrième single « Artificial » accompagné d’un clip vidéo sombre et fascinant. Cette chanson reflète la société de consommation et le conformisme de notre époque, c’est une remise en question de soi par rapport à notre condition humaine. « Ma musique est très personnelle et douloureuse, elle évoque mes propres peurs dont la peur du regard des autres. Pendant longtemps, je me suis demandé si j’étais à la hauteur », avoue Chaild. « Artificial » c’est un hymne à la libération et à la provocation. L’artiste se place dans le rôle d’un prêcheur qui rappelle aux gens qu’il faut rester soi-même car, dans le cas contraire, on ne vit pas. « C’est toi qui décide ce que tu veux faire de ta vie, alors respire ! Et arrête de fantasmer sur des choses éphémères, il y a beaucoup plus intéressant à faire dans ce monde », dit-il.

Sa musique est une thérapie pour lui-même, « j’ai toujours eu peur d’être jugé, toutes ces années je me suis auto-censuré. Avec « Artificial » j’ai enfin pu libérer mon vrai moi, le vrai Chaild ». Dans « Artificial », l’auteur se parle à lui-même, comme une bonne conscience qui lui ordonne de lâcher prise et de vivre comme il l’entend. Sa musique c’est son introspection. Pour Adriano, plus c’est choquant, mieux c’est, « ma musique doit être grande et majestueuse, tout le contraire de mon nom de scène. C’est cet oxymore qui définit mon art, ma personnalité et tout ce que j’aspire à faire ».

 

De nombreux projets sont en cours, notamment un cinquième single qui, il l’espère, sortira au courant de l’été. En attendant, Chaild se produira dans plusieurs festivals et assurera la première partie du concert de Dean Lewis à Den Atelier demain soir.