Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

L’atelier nous met sur orbite avec le Space Cowboy

Texte : Pamela MANGO
Photos : Carl NEYROUD / Deadly Sexy Carl

+
de photos

Il a fait très chaud, ce dimanche, et encore davantage dans la grande salle de la Rockhal, à Belval (organisé par Den Atelier). En effet, Jamiroquai, accompagné de ses musiciens et choristes, était de retour :  Jay Kay n’était pas revenu au Luxembourg depuis 2011, autant vous dire que le public frémissait d’impatience, et de fait, le concert était bien complet.

La soirée a débuté très fort, avec un set enflammé de la légende Afrika Bambata (DJ américain, l’un des créateurs du mouvement hip-hop et le fondateur de la Zulu Nation).

Il est 20h45 quand le groupe sur scène, où Jay Kay, tel un chef d’orchestre, mènera la cadence avec ses musiciens tout au long du show, dans la plus grande des complicités.

Paul Turner, avec ses lignes de basse,  nous en a mis plein la vue, mais surtout plein les oreilles : Jamiroquai nous a en effet offert des versions plus longues des titres les plus incontournables. De « Little L », « Cosmic Girl », « Runaway », sans oublier l’iconique « Love Foolosophy », aucun tube historique n’a fait défaut ! Une setlist qui a rendu hommage à sa discographie, avec, en prime, quelques titres du tout dernier opus Automaton sorti en 2017.

Enfin, fidèle à sa réputation de show man, Jay Kay nous a offert ses plus beaux pas de danse, fier d’un savoir-faire et d’une maîtrise à vous couper le souffle. Comme quoi, même si la pop star, icône des 90′, se dit avoir vieilli (et légèrement forci !), il n’a pas perdu de sa fougue pour autant !

‘’Luxembourg, it’s good to be back, you guys are looking good’’ déclame-t-il à la foule. Nous étions également ravis de vous revoir sur scène, Monsieur Kay !

Après deux bonnes heures de funk intense, le set se termine après le rappel, et Jamiroquai nous aura démontré qu’il est et restera, le seigneur cosmique du groove.