Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Drame en noir et blanc, épouvante sur Zoom : ces films made in confinement

+
de photos

Pendant le confinement, ils n’ont pas appuyé sur pause. Des réalisateurs ont au contraire saisi l’aubaine pour revoir de fond en comble leur manière de travailler, et livrent leurs films, un an après l’explosion de la pandémie.

Netflix doit mettre en ligne vendredi « Malcolm & Mary », un drame romantique avec John David Washington (héros de « Tenet », fils de Denzel Washington) et Zendaya. Ce film à l’esthétique très léchée, tourné en noir et blanc et sur pellicule dans une villa californienne coupée du monde, est signé Sam Levinson.

Réalisateur de la série « Euphoria », il raconte s’être trouvé désoeuvré lorsque le confinement à Los Angeles l’a empêché de démarrer le tournage d’une nouvelle saison. Il s’attelle alors à un scénario intimiste à deux acteurs, fondé sur ses souvenirs d’une dispute avec sa compagne, qu’il avait omis de remercier à l’issue de la première d’un de ses films.

« Malcolm & Marie » reprend l’histoire de cette dispute, qui va mettre à l’épreuve le couple que forme Malcolm et Marie : lui, l’orgueilleux réalisateur en devenir, elle, l’ancienne toxicomane qu’il a aidée à sortir de la rue — et dont l’histoire a fourni la matière à son film.

Pendant 01h45, le couple oscille entre amour et ressentiment, alternant joutes verbales, bouderies et retrouvailles enfiévrées. Loin du cinéma d’action à gros budget ou de son film précédent, « Assassination Nation », Sam Levinson explique dans les notes de production avoir voulu cette fois un « projet modeste en famille », confinement oblige.

L’occasion de rendre hommage au cinéma classique du XXe siècle, avec un peu plus de diversité au casting, et d’offrir un rôle différent à Zendaya, une actrice qui monte et qui a remporté un Emmy Award pour « Euphoria », la série qu’il réalise.

Il a cependant fallu s’adapter : acteurs et réalisateurs ont beaucoup échangé au téléphone avant le tournage, pour que le tournage, dans une splendide villa d’architecte, la Caterpillar House, soit le plus rapide possible : deux semaines. Les équipes techniques ont été réduites, avec seulement 22 personnes sur le plateau, acteurs compris, et des tests Covid systématiques. Pas de script, pas de coiffeur ou de maquillage : les acteurs, habitués à la machinerie hollywoodienne, ont dû mettre eux-même la main à la patte.

Exorcisme en ligne

Faire avec les moyens du bord, ce fut également le lot du réalisateur britannique Rob Savage, dont le film d’horreur « Host » était présenté fin janvier au festival du film fantastique de Gérardmer. Entièrement tourné en capture d’écran Zoom, il relate la plongée en enfer d’une bande d’amis, qui, chacun chez soi, participent à une séance d’exorcisme en ligne pour tuer le temps pendant le confinement. Mais les esprits rôdent et la séance tourne à l’épouvante.

« Au début du confinement, tout le monde parlait ironiquement de la possibilité de faire un film entier sur Zoom. (…) Nous on s’est dit, et pourquoi pas ? », a expliqué le réalisateur. Pour trouver une intrigue, il lui a suffi… de grimper au grenier : l’inspiration lui est venue en découvrant l’ambiance inquiétante qui régnait sous les toits de la maison où il venait d’emménager.

Quant à la réalisation, Rob Savage était « très inquiet » au départ de savoir comme diriger des acteurs à distance, mais il a finalement trouvé l’exercice « excitant et créatif ». « Filmer à distance nous a permis de nous concentrer et de voir les choses bien plus clairement que sur un tournage normal », relève-t-il. Il lui suffisait de réactiver son micro lorsqu’il le désirait pour « diriger la scénographie ou les jeux d’acteurs », et de se faire ainsi entendre plus facilement que sur un plateau .

Pas de coiffure ni de maquillage, pas d’opérateur pour la caméra ou l’éclairage… L’image brute et sans apprêt des webcams, les gros plans sur les visages rappellent la recette de « Blair Witch Project » (1999). Et finalement, sans « l’énorme machinerie que l’on trouve sur un plateau de tournage professionnel », le réalisateur se réjouit d’avoir pu dégager « beaucoup plus de temps » pour revenir à l’essentiel : « travailler avec les acteurs ».