Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Hooverphonic : looking for stars

Itw : Carl NEYROUD & Pamela MANGO

Hooverphonic  sera de passage à la Rockhal le 02 avril  prochain pour nous présenter son dernier album Looking for Stars, et sa nouvelle jeune talentueuse chanteuse Luka Cruysberghs. Rencontre avec l’une des références du Trip Hop / Electro Belge.

Luka Cruysberghs était dans votre équipe pour The Voice. Avant de trouver Luka, avez-vous fait des auditions ?

Effectivement, j’étais son coach pour « The Voice ». À sa première blind audition, j’ai directement accroché. Elle a gagné la compétition, et cela m’a donné envie de faire un single pour elle. Je lui ai envoyé des morceaux que j’avais écrits l’année passée, et je lui ai demandé celui qu’elle voulait faire. Et elle a tout de suite choisi Romantic. C’était la seule chanson que j’avais prévue comme single pour le prochain album de Hooverphonic. Elle m’a répondu en riant “alors je deviens la nouvelle chanteuse de Hooverphonic ?! ” Et comme je suis très curieux, je lui ai dit « ok, on va essayer de l’enregistrer ! » Le résultat ? C’était super !

Elle a vraiment compris tout le sens des paroles, nous n’avons même pas eu besoin de la diriger et, ça ,c’était super important pour nous. J’avais pourtant fait des essais avec trois autres chanteuses, très talentueuses, mais il y avait toujours des petites choses qui n’allaient pas.

On a donc ensuite tenté d’autres tracks comme Paranoid affair…  Et, à chaque fois, quand Luka chantait les chansons, c’était mieux que les demos ! Nous avons ensuite fait un petit showcase afin de voir si elle s’en sortait aussi bien avec notre back catalogue, et tout le monde était ravi, très enthousiaste à la fin du concert !

D’ailleurs, pour l’anecdote elle n’a eu que trois semaines pour tout réviser, et sans notre aide, nous lui avons avons seulement donné les versions instrumentales …. Après trois mois, c’était une évidence. C’était  elle la nouvelle chanteuse de Hooverphonic.

Comment se sont passés ses premiers concerts avec Hooverphonic, pas trop de stress ?

Si, mais cela la rend encore meilleure ! Elle parvient à dépasser son stress et le transforme en une énergie incroyable ! C’est fantastique ! Cela prouve que c’est une vraie star !

Parce qu’elle est très jeune, elle insuffle une nouvelle dynamique au sein du groupe. Pensez-vous gagner une nouvelle génération de fan ?

Je pense oui, les trois premiers concerts qu’elle a faits avec nous étaient Londres, New York et Saint-Pétersbourg. Beaucoup de jeunes étaient venus avec leur parents. Nombreux étaient ceux à l’attendre à l’hôtel, même ! D’ailleurs, Luka a découvert Hooverphonic avec sa maman !  On a joué trois shows sold out à Istanbul où nous sommes très populaires. Là aussi, le public se composait énormément de jeunes venus en famille. Ce côté transmission est super important pour nous, cela nous touche donc d’autant plus !

Pour cet album, comment s’est passée la composition ? Tout était prêt  ou a-t-elle a également participé à la conception ?

C’est assez rigolo. J’avais l’idée de sortir trois albums en un an. J’étais donc en train de préparer un album trip-hop très lent, très dark et très électro,  une bande-son à la Morricone très inspirée des années 60 et un autre album pop et funky. Quand Luka est arrivée, elle a choisi un best of des chansons que j’avais écrites pour ces trois albums !  Elle a donc largement contribué à la réalisation de cet album ! Je trouve cela normal que ce soit elle qui choisisse les morceaux qu’elle veut interpréter ! Peut-être eééira-t-elle certaines chansons pour le prochain album, tout est possible ! En revanche, c’est toujours moi qui me charge de la production.

L’album ressemble plus à ce que vous faisiez à vos débuts ; celui-ci est plus électronique, une envie de retour aux sources ? 

Luka aime énormément le trip-hop et l’électro : nous avons donc choisi des chansons dans cet esprit. Refaire un album électro, 20 ans après, me séduisait aussi énormément. A nos débuts, nous étions très électro… Mais après 10 ans, nous avons commencé à jouer plus de live et donc à ne presque plus en utiliser. Cela s’explique également, parce que, quand je voyage, j’emporte toujours mon laptop pour composer. Comme pour le litre Looking for Stars, que j’ai composé à Chestertown (c’était d’ailleurs le nom d’origine de la chanson).

Un petit mot pour votre public luxembourgeois qui vous attend à la Rockhal ?

Nous aimons beaucoup jouer au Grand-Duché, ça va être super ! Nous avons sélectionné de nombreux morceaux faisant partie de nos classiques, auxquels, bien évidemment, nous avons ajouté les titres du nouvel album.

Je suis très heureux, d’ailleurs, du retour de nos fans en ce qui concerne nos set lists. Je me demandais si nous allions jouer Mad About You… Et je me suis dit, imagine, comment je me sentirais si j’allais à un concert de The Cure sans entendre Forest ou Just Like Heaven ! Je serais tellement triste ! Il faut garder ses classiques, c’est important. Elle sera donc sur la set list, rassurez-vous !  Nous serons très peu nombreux sur scène; nous voulons vraiment garder le focus sur Luka. C’est elle la star.

Le 02 avril prochain à la rockhal. Places disponibles sur ici