Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

LE CABARET VERT D’UN BENEVOLE

Texte Godefroy Gordet
Photos Louise Vayssié
C.Caron DarkRoom
F.Husson DarkRoom
R.Meert DarkRoom

Cette année le Cabaret Vert a réuni 85 500 festivaliers, soit 90% de la jauge, pour un rodéo trip sauvage en musique au coeur des Ardennes. L’ambiance y était énorme, la programmation pointue et de qualité, et l’orga’, l’une des meilleures en France… Les quelques chiffres du bilan 2015 sont éloquents. Avec ses 45 groupes, dont 13 concerts retransmis sur Arte, cette 11ème édition, organisée autour de 3 scènes pour 72 heures de live, à guichet fermé sur le weekend, laisse derrière elle un bilan très positif. Une belle réussite pour le Cabaret Vert qui a offert à ses visiteurs, 4 jours de folie musicale, entre Daho, Jurassic 5, Tyler The Creator ou encore Mr Oizo… Une expérience hors du commun soutenue et encadrée par 1 575 bénévoles qui chaque année forge l’âme du festival. Et justement on en a rencontré une!

20150822_F.HUSSON_DarkRoom_CV__Ambiance_0066

  • Salut Stéphanie! Peux tu rapidement te présenter et nous donner tes affinités culturelles?

J’ ai 31 ans, je suis instit et comme j’ai (un peu) de vacances, j’en profite pour faire du bénévolat ! C’est ma deuxième année en tant que bénévole au cabaret vert. Sinon j’ai plutôt l’habitude d’aller en  festival (en tout genre) ou à des concerts.

  • Comment es-tu devenue bénévole au Cabaret Vert?

C’est un ami qui était déjà bénévole les années précédentes qui m’en a parlé, et il n’a pas mis longtemps à me convaincre.

  • C’est un truc à faire dans une vie?

Oh oui! Être bénévole c’est vraiment une super expérience. Tu découvres une autre facette du festival. En plus au Cabaret Vert les bénévoles sont très bien lotis! Si bien que 75% des bénévoles de 2014 sont revenus cette année.

  • Comment les bénévoles se partagent le travail? Qui fait quoi?

Cette année il y avait 1400 bénévoles, donc c’est toute une organisation. Avant le festival on a choisi le stand où l’on voulait être. Moi j’étais au stand merchandising (c’est le stand où l’on vend tous les objets dérivés du festival: tee-shirts, casquettes, affiches…). Il y a des bénévoles aux différents stands de nourriture et boissons, aux bayards (monnaie du festival), aux bracelets, aux toilettes sèches, il y également la brigade du GIS (ceux qui nettoient le festival), il y a même des bénévoles pour chouchouter les autres bénévoles! Après chaque stand à ses responsables qui gèrent indépendamment son équipe.

20150822_F.HUSSON_DarkRoom_CV__Ambiance_0030

  • Tu peux nous raconter ton premier jour sur place?

On a eu une réunion avec les responsables du stand qui nous ont expliqués le fonctionnement de la vente, et nous ont briefés sur l’esprit du festival. Avant que les festivaliers n’arrivent on a  fait le tour du site et ensuite on est allé découvrir l’espace bénévole (très important!). Ensuite on a attendu l’arrivée des premiers festivaliers, c’est super intéressant de voir le fonctionnement de l’intérieur.

  • Il y a des bénévoles qui n’en branlent pas une?

Ca arrive, mais rarement. De toutes façons si les responsables ne sont pas satisfaits de  leur équipe de bénévoles, ils peuvent faire leur choix de ne pas les reprendre! En général, les bénévoles sont festifs mais respectueux et plutôt impliqués dans le festival.

  • Entre nous, les bénévoles, ils picolent un peu?

En gros on a pour consigne de tenir la route à notre stand et de faire notre « boulot », après c’est à nous de gérer ! Ca dépend aussi de ce que tu fais, pour faire de la vente et rendre la monnaie mieux vaut être clair! 

  • A quel moment tu peux lâcher la pression et profiter de l’ambiance, des concerts?

Au Mersh on bosse entre 4 et 5 heures par jour, par tranche de 1h ou 2 heures, ça nous laisse beaucoup de temps libre pour profiter des concerts…

  • Cette année, tu as vu quoi?

Mr Oizo, Ratatat, Gramatik, the Toys Dolls, Tyler the creator, Jurassic 5, John Butler Trio… et quelques spectacles d’art de rue.

  • Tu donnerais la palme à qui?

Mr Oizo! C’était le dernier concert du vendredi soir on était bien chaud!

20150822_C.CARON_DarkRoom_CV_Mr Oizo_0007

  • Le Cabaret Vert c’est un éco-festival avec une grosse ligne accès développement durable… Tu peux nous donner ta vision de ce volet du festival?

C’est vraiment un festival écologique et responsable. La nourriture est locale et la bière provient de brasseries indépendantes situées à moins de 200km du festival, tu n’y verras ni coca ni Heineken! Evidemment il y a des toilettes sèches, des poubelles de tri, un stand de tri sur le festival où des bénévoles trient directement les poubelles du site. Il y a aussi un plan de transport pour les festivaliers afin qu’ils empruntent au maximum les transports en commun ou pratiquent le covoiturage.

  • Toi qui connais un peu les rouages du festival, tu peux nous dire comment ils font pour rassembler autant de grands noms de la scène musicale internationale?

Ouh là… Je n’ai pas vraiment d’idée là-dessus, on ne rencontre pas les organisateurs du festival, je sais juste que la programmation est de qualité et que ce festival grossit de plus en plus. Donc je pense qu’ils ont les moyens de faire des offres intéressantes aux groupes.

  • Tu as entendu des bruits de couloir sur la programmation 2016?

Désolée, non!

  • Finalement, le Cabaret Vert ça représente quoi pour toi?

Une fin d’été festive, un festival riche et convivial et des supers rencontres avec les bénévoles. D’ailleurs après 5 jours de festival, on a pas du tout envie de rentrer!

  • L’année prochaine on s’y voit?

Bien sûr! C’est déjà prévu!

20150822_r_meert_darkroom_cv_Vandal_-2