Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Les « Minions »: le triomphe des sales gosses de l’animation

Complètement stupides, mais terriblement attachants: les « Minions » se sont taillés en une décennie une place parmi les personnages les plus rentables de l’animation. Retour sur une success story franco-américaine, avant la sortie du nouvel opus.

Dévoilé en ouverture du Festival d’Annecy, « Les Minions 2: Il était une fois Gru » sort début juillet dans le monde, et le 6 en France, avec deux ans de retard, pandémie oblige. Une sortie attendue par des millions de fans: la franchise, depuis le premier volet, « Moi, moche et méchant » (2010), a rapporté 3,7 milliards de dollars au box-office, selon le site spécialisé IMDB, sans compter les multiples dérivés, en faisant l’une des plus rentables de l’histoire. Scénario réduit au minimum, succession frénétique de gags parfois au ras des pâquerettes… « L’essentiel dans ces films, c’est juste d’être stupide et de s’amuser », assume gaiement le réalisateur américain du dernier film, Kyle Balda.

Sales gosses en forme de gélule, au corps jaune habillé d’une salopette, les « Minions » n’étaient à l’origine que des personnages secondaires, mais ont volé la vedette à Gru, l’anti-héros de « Moi, moche et méchant ». Dès 2015, ils sont au coeur d’un premier spin-off, « les Minions ». Pari risqué, faire tenir un film entier sur des personnages s’exprimant dans un mélange inventé et sans queue ni tête de langues latines et asiatiques. Mais gagné : un milliard de dollars de recettes au box-office.

« Bien sûr, ils parlent. Mais personne ne comprend ce qu’ils disent ! », s’amuse Kyle Balda, qui aime s’inspirer de classiques comme Charlie Chaplin ou Jacques Tati : faire rire « sans dépendre des dialogues », pour un réalisateur d’animation, c’est comme « l’ascension de l’Everest », relève-t-il. Dans l’esprit, burlesque et anarchique, le succès des « Minions » « peut être comparé à celui des Lapins Crétins » dans le jeu vidéo, attachants et stupides eux aussi, signale Gersende Bollut, auteur d’ouvrages sur l’animation qui collabore à la revue spécialisée Animascope.

« Flower power »

Le nouvel opus ne change pas une formule qui a fait ses preuves, au risque de la répétition. Le film remonte aux débuts de Gru, ce méchant raté: entouré d’une armée de Minions, l’ado espère intégrer un groupe de super-vilains, les Vicious 6. Un projet qui va immanquablement dérailler. Seul le décor change, une plongée dans le San Francisco du Flower Power et des années 1970, avec une initiation aux arts martiaux (clin d’oeil à l’esprit « Shaolin Soccer ») et reprise de tubes, dont une version Minions des Stones (« You Can’t Always Get What you Want »).

Universal, qui détient avec les « Minions » l’une des rares marques susceptible de faire face aux autres géants de l’animation, a attendu à cause de la pandémie deux ans pour sortir ce nouvel opus d’une saga toujours produite des deux côtés de l’Atlantique. Si le Français Pierre Coffin, papa des « Minions », et probablement seul être humain à maîtriser leur langue, n’est plus co-réalisateur, il veille encore de près sur sa création, et enregistre toujours toutes les voix des Minions.

Et c’est dans les bureaux parisiens des studios tricolores Mac Guff que prennent vie les Minions, à l’image soignée, mais quelque peu standardisée. Côté Hollywood, les « Minions » sont produits par l’Américain Christopher Meledandri, à la tête du studio Illumination. Bien moins connu du grand public que Pixar et Dreamworks, ce dernier « a toujours voulu concurrencer » ces studios qui ont révolutionné l’animation, analyse Gersende Bollut. Au box office, « Illumination y est parvenu », avec outre les « Minions », les succès de « Comme des Bêtes » et « Tous en scène », mais sans obtenir le même prestige ni la même reconnaissance, poursuit-il.

Le studio fera rapidement reparler de lui: les équipes d’Illumination travaillent sur la version cinéma d’animation du légendaire jeu vidéo « Super Mario Bros », attendue en 2023. Quant aux Minions, « je ne crois pas que ce soit fini. Il y a clairement un avenir pour ces personnages », tranche Kyle Balda.