Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

« Les tourments de la condition humaine » au Grand Théâtre

Texte : Karin Santer

Jouée cette semaine au Grand Théâtre la pièce Ivanov, première grande œuvre écrite par Tchekhov datant de 1887, mise subtilement en scène par Myriam Muller, assistée de Daliah Kentges, qui raconte la vie de bourgeois terriens en Russie dans une société raciste, antisémite, bête et méchante !

Ivanov, magistralement interprété par Jules Werner, est un être tout simplement fatigué, las, qui n’a plus aucune envie et qui, à 40 ans se sent comme un vieillard !

La femme qu’il a épousée, Anna, jouée par Sophie Mousel, a tout délaissé pour lui : sa famille, sa fortune et même sa religion. Elle est en train de mourir de la tuberculose et il assiste, impuissant, à son agonie, se demandant s’il l’aime encore car il ne ressent aucune souffrance.

Il part tous les soirs chez les Lebedev, dont le père joué par Valéry Plancke, est un ivrogne sympathique qui lui a prêté de l’argent et ne cesse de lui réclamer ! Sa fille, Sacha, interprétée par Manon Raffaelli est follement amoureuse d’Ivanov et ne lui cache pas.

Gravitent et s’agitent autour d’Ivanov des personnages cyniques, culottés comme de vieux ivrognes, des profiteurs, de cupides ambitieux dans une société où l’argent est une obsession…Ivanov jette un regard amer sur ces bassesses mais ne juge pas. Désillusionné et dépressif, il se moque de l’argent et voudrait simplement qu’on l’oublie et qu’on le laisse tranquille…En vain !

Avec pas moins de 11 comédiens et comédiennes jouant divinement comme Jules Werner, Mathieu Besnard, Denis Jousselin, Nicole Max, Jorge De Moura, Sophie Mousel, Valéry Plancke, Manon Raffaelli, Raoul Schlechter, Pitt Simon et Anouk Wagener, cette pièce rythmée, mise en scène par Myriam Muller, est accompagnée de la superbe musique live de Jorge De Moura.

Une magnifique pièce dans laquelle on retrouve tous les ingrédients qu’on aime chez Tchekov : la mesquinerie, l’avarice, les amours ratées, la bêtise…. les vrais tourments de la condition humaine.