Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Neimënster : le jazz comme remède

Texte : M.R.
Photo d'ouverture : Gilles Seyler

Alors que la culture reprend doucement ses quartiers dans le pays, les différentes institutions grand-ducales présentent leurs programmations à l’heure d’une crise sanitaire qui a évidemment chamboulé les plans initialement prévus. Du côté de neimënster, alors que le jazz a toujours été au coeur de l’ADN du lieu, la programmation qui lui est en grande partie consacrée, apparaît comme un remède à la morosité pour les mélomanes de tous bords. 

Si l’abbaye a réouvert au public en même temps que les musées le 11 mai dernier, ses responsables doivent constamment trouver des solutions et s’adapter aux évolutions sanitaires tout en gardant une ligne artistique de qualité. Si Ainhoa Achutegui a confirmé qu’il y a eu « une bonne réaction du public pendant les spectacles organisés cet été » le challenge reste permanent pour la directrice du lieu qui, avec ses équipes, se doit d’établir une programmation adaptée à des normes qui évoluent constamment.

« Montrer la diversité de la scène musicale au Luxembourg »

L’Abbaye est un lieu privilégié pour les artistes invité.es à s’y produire. Spectacles en plein air et concerts dans un cadre intimiste promettent ainsi des découvertes musicales généreuses et souvent inoubliables mais également l’assurance de retrouver ce qui se fait de mieux sur la scène locale. Cette année encore, neimënster sera le terrain de jeu d’une multitude d’artistes du cru qu’il nous tarde de découvrir lors des différents événements prévus durant l’année et qui seront tous regroupés sous un seul et même concept : « Play » !

(Photo : neimënster)

Alors que les apéros jazz continueront de rythmer l’année sous l’appellation « Pause », les points forts de la programmation à venir reposent sur 5 piliers : « Pause », « Forward », « Loading », « Shuffle » et « Reset ».

Le meilleur de la scène jazz

Organisé tous les deux ans par music:LX et neimënster, cette 5e édition du Luxembourg Jazz Meeting fait peau neuve et change de nom pour devenir le festival Shuffle. Du 27 au 29 novembre 2020, le public pourra retrouver les plus grand.e.s artistes de la scène jazz luxembourgeoise comme Claire Parsons, Michel Meis ou encore Reis Demuth Wiltgen mais également des références de la scène européenne avec Muriel Grossmann Quartet ou Balearic Island. Pascal Schumacher sera bien évidemment de la partie, quelques mois après la sortie de Sol, son dernier album, en tant que musicien bien évidemment, mais également en tant que directeur artistique de l’un des autres moments phares de l’année, le festival « Reset », rendez-vous immanquable des mélomanes du pays.

Si la programmation n’a pas encore été dévoilée, attendez-vous à retrouver la crème des jeunes artistes jazz ainsi que des valeurs sûres du genre en Europe. Toutes et tous seront regroupé.es autour d’un concept mettant en avant quatre hommes et quatre femmes venant de pays différents et jouant de huit instruments. Rendez-vous du 14 au 16 janvier 2021, pour «l’un des plus beaux festivals de l’année» selon Ainhoa Achutegui.

Place aux expérimentations musicales

Souhaitant continuer à affirmer son statut de place forte pour le Jazz au Grand-Duché mais également au dela de ses frontières, l’Abbaye propose cette année une nouvelle série d’évènements sous l’appellation « Forward ». Une série de concerts surprenants et audacieux qui se nourri de recherches expérimentales et de compositions raffinées à travers l’idée que le jazz contemporain s’est ouvert à toutes sortes d’influences en intégrant les codes de l’électro, du r’n’b, du hip-hop et des musiques urbaines.

Le jazz s’émancipe ainsi pour fusionner, évoluer et explorer de nouveaux horizons sonores. Artistes en devenir ou musicien.nes confirmé.es, projets locaux et groupes internationaux, « Forward » emmènera le public pour une virée sous forme de partition totalement décomplexée. De notre côté on attend particulièrement le concert d’Ananda Grows le 2 octobre prochain, véritable ovni musical que nous vous présentons d’ailleurs dans notre édition 64 mais également de Martha Da’Ro (photo), chanteuse et actrice sachant mélanger les genres artistiques. L’artiste bruxelloise aux multiples talents dont le style se décline entre Pop et Hip Hop brut avec une certaine fragilité nous donne rendez-vous le 17 octobre du côté de la salle Krieps.

Depuis sa création en 2004, neimënster a accueilli plus de 12 000 artistes dans ses espaces d’hébergement et de création et compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin. Ainsi, sous l’appellation « Loading », l’abbaye continuera d’accueillir des artistes autour d’une multitude de créations artistiques. La première que l’on vous invite à découvrir est celle consacrée à Miyamoto Musashi. À la fois escrimeur, sculpteur, peintre, philosophe et écrivain, c’est au travers de son parcours initiatique et pluridisciplinaire que l’artiste s’est révélé. La création Musashi nous livre son portrait en mêlant musique, danse et théâtre ainsi qu’à une réflexion entre le Japon de Musashi et nos sociétés actuelles en utilisant les arts, l’artisanat et la beauté comme vecteurs. À découvrir le 26 septembre.


Toute la programmation sur www.neimenster.lu