Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Passages, Festival des théâtres à l’Est de l’Europe et (surtout) Ailleurs

Texte Godefroy Gordet

« Ce seront des rencontres entre des artistes qui ne se connaissent pas et un public qui ne connaît pas ces artistes. » expliquaient Charles Tordjman et Jean Pierre Thibaudat en 1996.

Le Festival Passages est né en 1996, à l’Est de la France, en Lorraine. Inspirés par l’idée de créer des rencontres autour du théâtre, Charles Tordjman et Jean Pierre Thibaudat n’avaient alors qu’une seule ligne directrice en tête, celle de créer des ponts, de frayer des passages. Il s’agissait de construire des chemins vers d’autres théâtres. L’idée maîtresse semblait être une découverte de nouvelles façons de penser le théâtre dans un monde qui commençait déjà sa lente et douce descente aux enfers, « nous étions avant tout curieux d’aller là-bas, de l’autre côté de ce qui nous séparait de cette autre Europe avec cette certitude qu’il valait mieux trinquer et apprendre vite les mots à la vôtre plutôt que ceux de guerre froide ou de nous en Occident. Passages était et reste cette utopie. »

Le nom est venu ainsi, naturellement. Simplement dans le pur respect des ambitions de départ. Les Passages engendrent des rencontres, les rencontres proposent des partages. C’est finalement le public qui a statufié ces rencontres de festival. Par la richesse des créations qui sont proposées, par l’ensemble des personnes qui s’y côtoient, l’initiative a très vitre pris des allures de festival, pour s’imposer aujourd’hui comme une manifestation référence et unique dans le genre par chez nous…

Antigonon

Posé de 1996 à 2009 au théâtre de la Manufacture à Nancy, une période durant laquelle 150 spectacles seront programmés, Passages migre vers Metz en 2011. Là, le festival prend un tout autre visage. Il mute et grandit à son image. Prenant au mot son propre nom, Passages et transformant le cadre de représentation en un campement où s’alignent plusieurs chapiteaux abritant les scènes où se joue le théâtre.

Comme les deux éditions précédentes, ce campement devient un village dans lequel vit toute une population férue de scène. Une grande fratrie du théâtre qui s’installe, quinze jours, en nomade, au coeur de la citadine Metz, ville d’accueil, ville de passages, ou transitent spectateurs et théâtraux.

Et voilà que cette année encore, ils remettent ça! Malgré les fourberies des collectivités locales, qui peinent à mettre la main à la poche pour aider à financer un festival que près de 30 000 spectateurs en 2013 ont investi, occupé et savouré.  Soit, cette 3ème édition messine nous réserve de bien belles surprises.

Tea House

Cuba est à l’honneur pour cette édition 2015 qui nous dévoile quelques trois spectacles cubain: Antigonon (théâtre), Showroom (danse) et le Cuba Songs (musique) de Tony Avila. Oscillant entre le théâtre, la danse, la musique et des débats, on retrouve cette année une variété géniale de spectacles. Côté théâtre, les spectacles de marionnettes Dogugaeshi (Etats-Unis/Japon) et TeaHouse (Chine) semblent être des incontournables. Ensuite, Le Jour du Grand Jour (France) par le Théâtre Dromesko invite à l’absurde. Encore en France Deux Ampoules sur Cinq met en scène les correspondances et entretiens de Lydia Tchoukovskaïa, femme de lettres, et Anna Akhmatova, poétesse russe.  Elisabeth I (Hongrie) parodie et critique dans cette pièce où  « la fiction a tôt fait de rattraper l’actualité. » Au Pays des Lilikans (Russie), fait oeuvre dans un opéra mobile surprenant, tandis que Bonne Journée! (Lituanie) résonne comme un opéra populaire au style documentaire. Quartet pour un Microphone (Roumanie) donne une chorégraphie dans une cabine téléphonique, « Au fur et à mesure que le temps passe les vitres de la cabine se recouvrent de buée, la chaleur à l’intérieur augmente, les corps ruissellent, les torses se dénudent. » Et pour finir en musique les Israéliens de Oy Division explorant le folklore yiddish et russe. Encore une bien belle année!

Passages c’est dans une semaine jour pour jour. J’en connais quelques-uns qui ont déjà un sacré palpitant. De notre côté, on a hâte de revenir dans ce petit village pour y retrouver ce que chaque année on vient y chercher, l’émerveillement…