Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Rockhal : des alternatives pour faire face à la crise

+
de photos

Alors que la crise sanitaire s’éternise et que les grandes salles de concert doivent garder portes closes, la Rockhal a présenté ce mardi le bilan d’une année 2020 marquée par la crise sanitaire. Une situation exceptionnelle qui n’empêche pas l’institution située à Belval de multiplier les projets et notamment ceux permettant de mettre en avant la scène locale. 

C’était le 7 mars dernier. Déjà plus de huit mois que la Rockhal et ses visiteurs n’ont pas vibré à travers un concert. L’année avait pourtant bien commencé pour la salle eschoise qui avait notamment accueilli 50 000 visiteurs à travers 32 spectacles entre le mois de janvier et le début du mois de mars. Depuis, ce sont près de 170 évènements qui ont été annulés ou reportés. 

Si de mars à juin la Rockhal a accueilli un Centre de Soins Avancés afin de soulager les hôpitaux du pays, la période estivale a permis au Centre de musiques amplifiées de retrouver un peu de couleurs avec le lancement du Rockhal Garden, un pop-up culturel urbain installé sur la terrasse du Rockhalcafé. Doté d’une scène éphémère, le lieu a fait la part belle à la créativité des artistes luxembourgeois. Le public a notamment pu découvrir des duos inédits ; Bartleby Delicate et Edsun ou encore Chaild et Aamar. Le lieu a également rendu un bel hommage au multiculturalisme régional avec des soirées spéciales Latino et Belge. Enfin, une partie du programme fut dédiée au jeune public avec des concerts à destination des familles (The Tame & The Wild, Fred Barreto Group). Une initiative couronnée de succès puisque les 2 éditions ont rapidement été sold out.

Un incubateur de talents même en temps de crise

En attendant de pouvoir envisager un retour aux concerts traditionnels réunissant des artistes et des centaines de personnes dans une salle de concert, « il est temps de se réinventer en proposant des alternatives aux amateurs de musique live » à notamment déclaré Olivier Toth, directeur de la Rockhal. Pour se faire, le Centre de musiques amplifiées a ainsi lancé plusieurs initiatives afin de « faire vivre la musique autrement ». 

Parmi celles-ci on peut notamment évoquer les séances d’accompagnement et de suivi des artistes locaux, le travail de coproduction et de diffusion de vidéos d’artistes, la mise à disposition des espaces de travail du Rocklab (salles de répétition, producer room, salle de danse, Rockhalstudio) ou encore la mise à disposition de l’infrastructure de la Rockhal (Club et Main Hall) pour des projets des artistes luxembourgeois comme ce fut le cas pour Fusion Bomb et Waztoo. Une politique qui s’inscrit dans la lignée de ce que fait le CMA depuis des années, à savoir accompagner et aider les artistes locaux à se développer et se professionnaliser. 

Un jingle pour plus d’identité

Le CMA a également profité de cette conférence pour annoncer le nom du gagnant de son appel à candidatures concernant son identité sonore. Une initiative qui a attiré́ une centaine de candidatures de mai à juillet dernier. Le projet demandait à des compositeurs(trices) luxembourgeois(es) ou résident(e)s de créer une œuvre sonore originale et inédite permettant au public de reconnaitre instantanément la Rockhal et le Rocklab. Olivier Toth, Directeur de la Rockhal a ainsi déclaré « C’est fantastique de constater que notre appel a suscité de l’intérêt et encouragé autant d’artistes de styles et d’horizons très différents à explorer leur côté créatif, et de découvrir leur interprétation du ‘son’ de la Rockhal. Le Grand-Duché jouit d’une riche mosaïque de créativité musicale, et nous remercions tous les participants, d’autant plus en cette période particulière, d’avoir contribué à confirmer cela. »

Le prix est revenu à Florian Sundas (alias Flo Sundas), auteur-compositeur français de 30 ans installé au Luxembourg depuis 2014 : « Je suis très flatté et remercie chaleureusement le CMA de m’avoir choisi pour cet excitant projet sur lequel j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler. Cette participation était un challenge pour moi qui ai plutôt l’habitude d’écrire et composer des chansons, mais j’ai sauté sur l’occasion inédite de proposer quelque chose de nouveau qui représentera la Rockhal et le Rocklab, lieux que j’adore et où j’ai passé de très bons moments depuis mon arrivée au Luxembourg il y a 6 ans. »

Le digital pour combler le manque de lives

S’il n’est plus possible de faire venir du public, c’est désormais le CMA qui vient à vous. En partenariat avec ING Luxembourg, le CMA a annoncé le lancement des Rocklab Pop-Up Sessions : une série de showcases digitaux d’artistes locaux filmés dans des lieux insolites et des endroits inhabituels, dans le but de « capter l’énergie, l’interaction et les émotions qui constituent l’essence d’un concert live ». Le concept étant de filmer et d’enregistrer des groupes luxembourgeois se produisant en live devant un petit public (dans le respect des consignes sanitaires en vigueur) puis de diffuser la vidéo principalement via les réseaux sociaux (Facebook, Youtube) afin de promouvoir la scène musicale locale auprès du grand public. 

Lire aussi : Jana Bachrich : « Les émotions sont bien plus importantes que la musique »

Le lancement du projet, avec la diffusion de la première Rocklab Pop-Up Session a eu lieu le 17 novembre à midi via Facebook et Youtube Premiere. Celle-ci met en valeur le groupe grunge Francis of Delirium à l’arrière du bâtiment de la Rockhal. La deuxième session, qui sera dévoilée le 25 novembre a capturé l’artiste électro Napoléon Gold livrant une performance intime au lever du soleil sur le toit de l’immeuble d’ING. La troisième session mettra en scène le collectif The Grund Club qui s’est produit sur le parking des artistes, derrière les coulisses de la Rockhal. Cette dernière sera diffusée le 9 décembre. 

La chaîne YouTube Rocklab centralisera de son côté l’ensemble du contenu digital du CMA à destination de ses différents publics : les Rocklab Pop-Up Sessions que l’on vient d’évoquer, mais également des workshops, des tutoriels pour musiciens, du contenu dédié aux artistes en herbe, aux professionnels de la musique, ainsi que des vidéos du Grund Club Luxembourg et autres clips made in Luxembourg. En parallèle, cette offre audiovisuelle sera également disponible sur PostTV, le service de télévision à la demande.