Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Toujours plus de pluridisciplinarité pour le CAPE

Texte : M.R.

L’opéra « Madame Butterfly » de Puccini sera l’un des moments forts de cette saison 2019-2020 du côté du CAPE. (Photo : Rod Julian)

Situé à seulement 30 minutes de la capitale, le Centre des Arts Pluriels Ettelbruck (CAPE pour les intimes), est certainement l’un des lieux qui nous pousse le plus, chaque année, à nous rendre dans le nord du pays. Ce mercredi, son directeur, Carl Adalsteinsson, a présenté les contours d’une saison où la pluridisciplinarité sera une nouvelle fois au coeur de la programmation.

« Notre nom est à l’image de notre programmation », c’est avec ces mots que Carl Adalsteinsson introduit sa présentation à la presse de la programmation du CAPE pour les mois à venir. L’appellation « Centre des Arts Pluriels » prendra en effet cette année encore tout son sens du côté de la salle ettelbruckoise.

Environ 110 événements dans les domaines de la musique, des arts de la scène et des beaux-arts seront proposés au public, mais également des conférences auxquelles s’ajouteront encore les manifestations du Conservatoire du Nord et des associations locales. Ainsi, artistes luxembourgeois et internationaux se succèderont permettant de continuer à « créer des ponts entre l’international et le local » selon Carl Adalsteinsson.

Vers plus de coopérations

Outre les artistes et compagnies familiers, issus du pays ou venant de l’étranger, et qui ont déjà fait leurs preuves auprès du public, ce sont notamment les nombreuses coopérations artistiques proposées cette année qui attirent l’attention lorsque l’on passe en revue ce nouveau programme. On peut notamment évoquer l’ensemble baroque Artemandoline et la jeune flûtiste néerlandaise Lucie Horsch ; l’Orchestre de Chambre du Luxembourg et le violoniste canadien Timothy Chooi ; la jeune harpiste Chanel Perdichizzi qui donnera au CAPE la primeur de son nouveau trio de musique de chambre ; le big band OPUS 78 et la chanteuse de jazz Fay Claassen ou encore l’ensemble Kammerata Luxembourg qui proposera une création jeune public de Jenny Spielmann, en coproduction avec le CAPE.

Du côté des créations, le CAPE apportera à la scène créative locale un soutien approfondi en s’impliquant comme coproducteurs dans différents spectacles. Parmi eux, on peut notamment évoquer The Passion of Andrea 2, la nouvelle création de la chorégraphe luxembourgeoise Simone Mousset, Shoot the cameraman du chorégraphe Baptiste Hilbert ou encore la pièce de théâtre Le Gardien tirée du texte d’Harold Pinter. Le public pourra également profiter de la poursuite du cycle de conférences de l’Université du Luxembourg, ainsi que de la troisième édition du festival international « A CAPE’lla » en janvier 2020.

« Shoot the cameraman » sera l’un des spectacles de danse les plus attendus cette année.                (Photo : Pedro Barbosa)

Les musiques du monde bien représentées

Alors qu’il incombera au chansonnier Hermann van Veen, un artiste de renom déjà acclamé au CAPE, d’ouvrir cette nouvelle saison 2019-2020 du CAPE le 20 septembre prochain avec son programme Neue Saiten, on peut évoquer la poursuite de l’initiative « Escape Music Club » qui offrira de nombreuses expériences jazz et musique du monde comme avec le Quatuor Guillaume Barraud qui met en avant la flûte indienne Bansuri, le multi-instrumentiste Adam Ben Ezra qui démontre la polyvalence de la contrebasse) ou encore le duo que nous proposeront la luxembourgeoise Claire Parsons que l’on ne présente plus et le guitariste israélien Eran Har Even.

Du côté des musiques amplifiées, on peut notamment évoquer la présence deux générations d’auteurs-compositeurs germanophones de talent que sont Konstantin Wecker et Andy Houscheid le 19 mars ou encore celle de la célèbre chanteuse capverdienne Nancy Vieira, le 2 mai 2020. L’offre en musique de chambre proposera toute la gamme des formations possibles. On attend particulièrement le récital du pianiste ukrainien Vadym Kholodenko le 7 mai.

Claire Parsons et le guitariste israélien Eran Har Even. (Photo : Pepa Niebla)

Productions contemporaines et grands classiques

Les amateurs d’opéra auront le plaisir d’assister au classique de Puccini Madame Butterfly, tandis que les fans de comédie musicale auront la possibilité de découvrir Chaplin-The Musical mis en scène en 2018 à l’occasion du 130e anniversaire du légendaire humoriste. Après Sales Gosses, la talentueuse Eugénie Anselin reviendra sur la scène du CAPE, en allemand cette fois, avec son one-woman show WOW. Les spectacteurs francophones pourront quant à eux assister à des créations luxembourgeoises très attendues, comme Le Gardien (adaptation française de la pièce d’Harold Pinter) et Les Agitateurs (de Jacques Schiltz et Claire Wagener).

Les amateurs de danse auront notamment le choix entre des productions de danse contemporaines comme Passion of Andrea 2 et Shoot the Cameraman, et des grands classiques comme le Le Lac des cygnes. Les familles pourront trouver leur bonheur avec le spectacle du siffleur humoriste – Fred Radix – ou durant la représentation de jonglage de Stehfleisch und Sitzvermögen, et bien évidemment avec le vaste programme pour enfants CAKU, que le CAPE organise depuis 12 ans en coopération avec le Mierscher Kulturhaus.