Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Un label « Safe to serve » également pour la beauté

Après le secteur de l’Horeca, c’est au tour des salons de coiffure, instituts de beauté et tatoueurs de pouvoir recevoir le label « Safe to Serve » afin de rassurer leurs clients sur le respect des mesures sanitaires.

La Confédération Hair Beauty and Tattoo Guild a annoncé l’arrivée du label « Safe to serve » dans un communiqué de presse ce mardi : « Coiffeurs, esthéticiens et tatoueurs sont là pour leurs clients, même en temps de pandémie. Depuis un an, les établissements membres de la Hair Beauty & Tattoo Guild travaillent selon un concept sanitaire qui a été validé par le Ministère de la Santé et qui a fait ses preuves. Pour le rappeler aux clients, l’association a développé le label « Safe to Serve », qui est décerné aux entreprises ayant mis en œuvre le concept sanitaire de la branche. Le label est généralement apposé dans l’entrée ou dans la vitrine des salons participants. »

Une manière de rassurer les clients

De la même manière que le label de l’Horesca distribué depuis plusieurs mois, ce label sert surtout à prouver aux clients que l’établissement respecte bien les mesures de sécurité. Les 250 entreprises membres de l’association qui y ont déjà adhéré doivent donc respecter les règles sanitaires en vigueur. Port du masque obligatoire, aération des locaux, possibilité de payement sans contact, nettoyage et désinfection régulières des lieux, des outils de travail et des mains sont évidemment de mise. Mais, en tant que métier de contact, si le port du masque ne peut pas être respecté par le client comme lors des épilations du visage, le travailleur doit porter un masque FFP2 ou une visière supplémentaire en plus du masque chirurgical. 

Pourquoi maintenant ?

Ces diverses mesures sont déjà obligatoires depuis le mois de mai 2020. Alors nous pouvons nous demander pourquoi avoir créé ce label si tardivement alors que l’Horesca l’a fait immédiatement. Face aux doutes grandissants de nombreux clients, la Confédération Hair and Beauty Tattoo Guild a voulu leur rappeler que les mesures sont respectées de manière efficace dans leurs divers salons. Alexa Ballmann, présidente de la confédération rappelle d’ailleurs qu’il n’y a «pas de vague d’infections dans notre secteur».

Le label est généralement affiché sur la vitrine des salons participants. Alors, prêts à se faire chouchouter, coiffer ou tatouer au Luxembourg ?