Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

« Acné, lunettes, appareil dentaire, dreadlocks et veste en lama »

Texte : Raphaël Ferber

A quelques jours seulement du Festival Food for your Senses (4-6 août) dont il est l’organisateur, Luka Heindrichs s’est prêté au jeu de notre interview Into the head of… Et question look, le co-owner du Gudde Wëllen a des choses à nous avouer…

Quel a été ton pire look ?
Je suis passé par la phase acné-lunettes-appareil dentaire, et pour ne rien arranger, j’avais des dreadlocks et je portais des vestes en lama. J’ai même eu un piercing à l’arcade qui s’était infecté et que j’ai donc enlevé assez vite. Bref, la totale !

Ton son du moment ?
Je me passionne beaucoup pour certains groupes de notre festival Food For Your Senses, notamment Goat, qui me botte vraiment bien. Je me suis aussi acheté le disque d’un live de Calibro 35 que j’ai déjà écouté 4 ou 5 fois depuis ce week-end (on l’a interviewé fin mai, ndlr). Mais ça change très vite.

On mange quoi chez toi ?
Eh ben on mange vachement bien chez moi, en fait ! J’ai la chance d’avoir une compagne qui est fameuse cuisinière. J’aime beaucoup la viande mais on mange assez sainement, souvent végétarien d’ailleurs.

Ton prochain tatouage ?
(Il réfléchit) Je ne sais pas… Il y a quelques années, je me suis laissé faire un tatouage dans mon canap’ à la maison par un bénévole du festival. Depuis, j’ai le logo du festival sur le bras. C’était totalement improvisé. Mais je n’ai jamais été accroc à ça, je ne sais pas s’il y en aura d’autres. Ou alors, sur un nouveau coup de tête…

T’es plutôt expo, théâtre ou danse contemporaine ?
Honnêtement, depuis que je m’occupe du Gudde Wëllen, je mets très peu les pieds ailleurs. Mais si je dois choisir, je dirais théâtre. La dernière pièce qui m’a vraiment éclaté au Luxembourg, c’était au TNL, D’Fatzbeidelen mis en scène par Tom Dockal.

The place to be ?
Je ne dis pas ça pour mettre le lieu en avant mais franchement, même quand je ne travaille pas, je termine souvent mes journées au Gudde Wëllen. C’est un endroit qui me donne ce dont j’ai envie. J’aime les gens qui y viennent, qui se mélangent, la clientèle est adorable, pas prise de tête…

Ton dernier binge watching?
Peaky Blinders. Mais j’ai le sommeil vachement facile… ça m’arrive de devoir passer trois soirées sur un épisode. C’est assez pénible pour ma copine !

Ton lieu de vacances idéal?
Je recherche des lieux super calmes, en général, des ambiances qui contrastent avec ma vie de tous les jours. J’évite les plans « fête » avec des potes. Il y a une région tout au nord de l’Inde, le Ladakh, ou au Vietnam, le Ha Giang, où il n’y a personne. On est seul des heures et même des journées si on veut. J’adore.

Hunger Games ou 50 nuances de Grey?
J’ai dû voir un ou deux Hunger Games, j’ai trouvé l’aspect Battle Royal assez fun. Mais le dernier film qui m’a vraiment mis sur le cul, c’était The Broken Circle Breakdown (qu’on connait aussi sous le titre Alabama Monroe, ndlr) du Belge Felix Van Groeningen, qui a fait aussi La Merditude des choses. Le film a une super bande son de bluegrass, un style musical que je ne connaissais pas du tout, mais que j’ai littéralement adoré.

Champagne ou pression?
Les deux à fond! Les trucs que je déteste en matière d’alcool, ce sont les liqueurs du type limoncello.

Ton dernier péché?
Avec Ben, mon associé au Gudde Wëllen, on achète souvent des kilos de crasses dont on s’empiffre jusqu’à en mourrir… Et puis, quand on bosse dans un bar, entre la tireuse à bière, la machine à café et à cigarettes, les tentations sont partout.

A quoi tu joues ?
Pour l’instant, au modérateur, au conciliateur, pour ce festival que l’on prépare avec une cinquantaine de bénévoles. Il faut faire souvent preuve de sensibilité, être à l’écoute de tout le monde et mettre en valeur les qualités et les envies de chacun. C’est un « jeu » assez fastidieux mais qui me plaît.

T’as quoi en tête ces temps-ci (on s’en doute un peu!) ?
Alors, en marge de Food For Your Senses, je m’enchaine des vidéos de clowns car je suis sur un autre projet qui se déroulera un peu plus tard. Je cherche des éléments de programme que je ne connais pas super bien, car ce n’est pas trop mon univers… Mais sinon, le festival représente un travail vraiment énorme pour une équipe comme la nôtre. Je pense que c’est un événement qui va exploser cet été !