Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Une playlist spéciale « Aralunaires » pour faire face au confinement

Texte : Godefroy Gordet

En pleine période de confinement nous gardons malgré tout l’espoir de retrouver les salles et festivals de la Grand Région au plus vite. Prévu du 29 avril au 3 mai prochain à Arlon, le festival « Les Aralunaires » est l’un des évènements à ne pas manquer au printemps. Du coup on s’est dit qu’on allait vous proposer une petite playlist basée sur son line up en espérant qu’on puisse s’y retrouver dans quelques semaines.  

Zenobia زنوبيا – Halak Halak

Paru le 27/03, électro, 4/4

Le duo palestinien exulte d’une jeune scène musicale émergente qui ne connaît pas de frontières, combinant mélodies pop arabes et rythmes électroniques. Après l’EP Ksr Ksr Ksr sorti en 2019, Zenobia ne chôme pas et livre Halak Halak un album bienvenu comme son titre le mentionne par deux fois. Et c’est logiquement soutenu par la team Acid Arab que le groupe promeut sa musique contemporaine qui puise dans les racines levantines anciennes. Après un petit tour du monde, le groupe formé à Haïfa en Israël et tenu par Nasser Halahlih (synthétiseurs) et Isam Elias (claviers), continue sa route aux Aralunaires le 30 avril en support d’Acid Arab, tiens donc…


Various artists – Future Was Like

Paru le 10/02, électro, 3/4

Entre électro et techno, ce Future Was Like, sorti sur l’excellent label parisien Global Warming Records, est un véritable bonbon du genre. Quand Malcolm avec Bust Out, dégomme l’EP à la force d’une énorme basse mêlée à une ambiance faite de vocaux aériens et acides, Slowglide envoie Lazy Eye, plus smooth, hypnotique et complètement codéiné, tandis que Jon Beige clôture avec The Sake of Talking, entre B.O. SF et grésillements casseurs de cervelles. De son côté, Ouai Stéphane leur répond par Quelque Chose De Pas Mal, une piste plus nerveuse. Un titre, fait maison, inattendu, furieux et technique qui rappelle bien ses travaux précédents. Dans l’espoir qu’il nous serve la même tambouille le 2 mai aux Aralunaires…


Jok’Air – Jok’Chirac

Paru le 20/03, rap, 3/4

Ça fait un bail que Jok’Air est installé dans le milieu du rap francophone. D’abord adepte des featuring, intégré au collectif MZ, duquel il s’échappe en 2016 pour commencer son projet solo en 2017 avec l’étonnant single C’est la guerre, Jok’Air suit depuis une carrière éclair. Après un premier album Je suis Big Daddy, le rappeur parisien sort coup sur coup Jok’Rambo et Jok’Travolta en 2018 et 2019. Prolifique, il envoie cette année Jok’Chirac dans les bacs, hommage au président français décédé en septembre 2019. Rangé entre la trap et le rap, Melvin Félix de son vrai nom, retrouve une ligne égotripée mais non sans charme, pour ce 4e opus qui a déjà fait sensation avec l’entêtant Sa maire aux mères, assurément le clou de son show le 2 mai aux Aralunaires.


All Caps – S.U.V. Brothers

Paru en mars dernier, expérimental noise, 3/4

Jeune projet de la scène noise bruxelloise, « Roxie » et « Pietou » tiennent All Caps avec comme crédo : « It’s all about Mushrooms, Planes and Pyramids ». Le ton est donné rapidement pour qualifier ce groupe qui tout en ne se prenant pas la tête, distille un noise rock tout à fait démentiel. Fondé en 2018, All Caps avait sorti All’s Well That Ends Well en février 2019 sur Black Basset Records, un premier EP de 6 titres mortels, où s’associent un gros noise bien brulant à des nappes sonores sorties tout droit des meilleurs jeux vidéo à l’ancienne. Car All Caps assume pleinement son côté geek, et sait aussi faire exploser la scène, c’est d’ailleurs leur point fort. Dans ce dernier 3 titres – qui profite d’une belle cover de l’artiste anversois Jangojim –, on entend les jolis et bruyant Clothilde, Black Milou et Stellar Door, des titres qu’on espère voir en live dans le Lab des Aralunaires le 2 mai.