Regarder la vidéo en entier
Accéder directement au site
BOLD Magazine BOLD Magazine

Le Magazine

BOLD MAGAZINE

Bold Magazine est un média lifestyle, urbain et luxembourgeois. Composé de cinq cahiers mêlant Actu’, Culture, Tendance, Exploration et True Life, Bold Magazine s’adresse à un lectorat mixte, compris entre 25 et 40 ans… Mais Bold, c’est avant tout un état d’esprit, une façon de penser, une sorte de Way of Life. Quoi qu’il arrive, Bold sera votre guide…

Bold porte un regard pointu sur les tendances dans tous les domaines. Le ton est proche du lectorat, pertinent, affûté et direct. Les articles sont traités avec l’exigence du journalisme, mais avec une pointe de dérision et de légèreté.

Notre distribution gratuite dans des lieux sélectionnés garantit une diffusion optimale. La ligne éditoriale exigeante et de proximité est soutenue par un graphisme épuré, laissant une large place aux photographies.

Last issue

#53

Bold#53

CRISE DE PASSÉISME AIGUË

J’ai longtemps redouté le jour où j’allais commencer à regretter le passé. Par peur de me dire que j’étais en train de vieillir, mais aussi par crainte de céder à la tentation du « C’était mieux avant ». Petite phrase que nous avons tous entendue au moins une fois de la part de nos parents ou grands-parents, et en face de laquelle nous réagissions avec un peu de condescendance, nous muant alors en progressistes du dimanche devant ces vieux conservateurs has been. Chaque génération voit naturellement la période de son enfance et de son adolescence comme une sorte de madeleine de Proust. Pour la plupart d’entre nous, c’est une période d’insouciance qui explique, en partie, l’attachement que nous éprouvons à l’égard de l’imagerie que nous gardons de ces instants. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes en plein préparatifs de notre Summer Party Vol.2, une soirée placée sous le signe des nineties. Voici donc, pour moi, le moment de me laisser envahir par la nostalgie. La trentaine approchant à grands pas – cette année pour être honnête –, je me retrouve dans la peau de ceux à qui j’ai pu reprocher une mélancolie du présent. Comme certains d’entre vous, j’ai grandi dans les années 90, une époque qui a notamment marqué l’appropriation par tous d’une culture profondément pop, en même temps qu’un désir partagé de simplicité. Au temps de Friends, de l'explosion de la pop indé, de la démocratisation du rap ou encore des facéties de Tarantino – on pourrait évidemment continuer à faire une page entière de références aux nineties –, notre consommation des plaisirs de la vie n’était en effet pas aussi frénétique qu’à l’heure actuelle. Les baladeurs CD déformaient les poches de nos vestes en jeans, à force d’écouter en boucle les albums des Spice Girls – oui j’assume parfaitement cette référence musicale – et nos VHS ne passaient plus après notre enregistrement de Retour vers le Futur par-dessus l'enregistrement d’un enregistrement... Alors évidemment, personne aujourd’hui ne va se plaindre d’avoir accès à des dizaines de milliers de titres en streaming sur son smartphone, ou d’avoir la possibilité de mater des centaines de films et séries sur Netflix. Seulement voilà, le plaisir est-il le même dans une démarche où la surconsommation des biens culturels est devenue une norme ? La culture n’est évidemment pas la seule concernée. Comment ne pas évoquer également notre rapport à l’amour et ces applications qui nous permettent de choisir nos relations comme sur un catalogue Ikea. Ou encore la profusion de vidéos dispo’ sur Pornhub et autres plateformes bien connues, qui font le plaisir des amateurs du genre. Il est en effet bien loin le temps où La Redoute et Les 3 Suisses constituaient un objet de fantasme pour la plupart des mecs de ma génération. Enfin, c’est avant tout la dernière décennie de l’histoire épargnée par la démocratisation des réseaux sociaux et de ce qu’ont engendré Facebook, Instagram et autres Snapchat sur notre rapport à l’image et à ce que nous faisons de nos journées. À cette époque nous n’étions en effet pas au courant de ce que prenaient nos potes au petit-déjeuner, ou de ce qu’ils pouvaient faire pendant leurs vacances et ce n’était pas si mal. Sans doute étions-nous plus occupés à profiter de l’instant à une époque où ces médias n’avaient pas encore vampirisé nos vies. Exit les photos de pieds au bord de la plage, les clichés d’assiettes et tout ce qui entoure les quotidiens pas toujours très intéressants de nos centaines d’« amis » virtuels. Franchement, rien que pour ça, je me dis c’était bel et bien mieux avant.

Consulter le numéro en ligne Télécharger le numéro en PDF

Les archives